L’année dernière à la même époque, on avait écrit ceci sur le site officiel du club à l’occasion de la commémoration de la vingt-et-unième année de la disparition de Feu HediBerrekhissa, affectueusement prénommé Balha par nos fidèles supporters « aujourd’hui, où notre club continue à œuvrer inlassablement et sans discontinuité à l’édification d’un ensemble capable de reconquérir la ligue des champions, il nous faut nous remémorer son magnifique exploit (celui de Balha), qui restera dans les annales de la de la coupe d’Afrique des clubs champions, l’ancêtre de la Champion’sLeague, en 1994 contre Zamalek au stade d’El Menzah lorsque lui le défenseur réalisa un doublé, un premier but de la tête puis le coup de grâce en signant le troisième but lorsqu’il traversa tout le terrain balle au pied pour aller crucifier le gardien zamalkaoui scellant le triomphe « Sang et Or » qui remporta ce jour-là son premier trophée du genre »

Ce jour-là, et comme lors de tous les matches disputés sous le maillot « Sang et Or », Balha s’était donné à fond, sans calcul ni tricherie. Aujourd’hui, il a trouvé en notre équipe actuelle, Chemmam, Ben Mohamed, Badri, Yaacoubi, Khenissi, Belaili et tous ceux qui ont pris part à la formidable épopée de la Champion’sLeague version 2018, de dignes héritiers, qui ont réussi à élever haut l’étendard espérantiste au firmament du football africain.

HédiBerrekhissa ne peut servir que d’inspirateur, d’exemple, un modèle du footballeur, de l’athlète qui porte les couleurs de notre prestigieux club.

C’est parce qu’il a toujours sué sur le terrain, donné le meilleur de lui-même, évoluant avec cran et « grinta » que « Balha » est demeuré vivace dans tous les esprits de nos supporters qui l’ont connu et vibré à ses exploits au stade, ou ceux qui peuvent, aujourd’hui, le découvrir dans les réseaux sociaux (vous pouvez les voir et les revoir sur youtube). Le fait que son image soit souvent présente sur les gradins de nos viragistes, surtout à l’occasion des grands rendez-vous, témoigne de la fidélité de nos supporters à l’image et au souvenir de Balha. Car, il est inoubliable, éternel…

En ce centième anniversaire de notre club, se rappeler de tous ceux qui ont fait l’histoire de nos couleurs, qui les ont hissé haut, est un devoir de mémoire et une reconnaissance envers eux, pour ce qu’ils ont réalisé, pour les merveilleuses sensations qu’ils nous ont fait vivre. Et Balha figure en très bonne place parmi les « éternels » de l’Espérance, lui qui a quitté la vie sur le terrain, là où il s’exprimait le mieux…